L'enceinte est composée d'un assemblage de volumes inspirés par les masses bâties existantes : linéaire en référence au barres de logements des quartiers du stade et Fontaine au Loup (configuration adaptée à l'implantation des salles de classes), plus compact en référence au pavillon du quartier clair logis. Par définition la caractéristique inhérente à cette typologie induit deux lieux, un dedans et un dehors.

Un espace extra-muros / Elément moteur de la vie d'un quartier le groupe scolaire par sa fréquentation génère un fort pouvoir d'attractivité. Au pied de l'édifice les habitants profiteront d'une place-esplanade publique, un lieu de socialisation sécurisé, offrant diverses usages (square, promenade, accompagnement et attente des enfants, ...).
Un ruban de béton matricé comme fond de scène : l'enceinte se déroule dans le parc urbain et s'anime par séquences en laissant apparaître des volumes  programmatiques colorés.

Un espace intra-muros / C'est en pénétrant dans l'enceinte de l'école qu'on découvre un univers plus coloré et plus ludique. La volumétrie intérieure devient le support d'une écriture contemporaine rappelant les jeux de constructions éducatifs ou l'on empile des plaquettes de bois. Les volumes programmatiques s'imbriquent les uns aux autres, l'espace  semble avoir été sculptés pour offrir des cadrages sur le ciel.  L'effet est renforcé par l'emploi  d'un bardage de bois horizontales  avec incrustation de lames de couleur.
Au coeur du dispositif on trouve les cours des deux écoles. Contiguës elles agissent comme une interface entre la maternelle et l’élémentaire. Un espace boisé pédagogique, ‘le jardin sauvage’ se prolonge de part et d’autre de la clôture. Cet  espace  accessible avec sa végétation spontanée abrite toute une bio diversité.